(Je n’ai pas l’article complet car même en étant abonné papier je ne peux pas accéder aux articles complets sur internet )

Le marché des taxis était certes bloqué, mais Uber ne doit pas tant son succès aux innovations technologiques qu’il apporte qu’au dumping fiscal et social qu’il exerce.

La bataille des modernes contre les anciens ?
Ces derniers mois, nombre de pays, au rang desquels la France, la Corée du Sud, l’Allemagne, l’Espagne et l’Inde, ont engagé un bras de fer avec Uber, qui propose un service de transport de personnes par des chauffeurs amateurs.
Dernier avatar de ce conflit dans l’Hexagone, la plainte déposée par la start-up californienne auprès de la Commission européenne.
Selon Uber, la France enfreindrait les règles européennes sur la liberté d’entreprise en interdisant depuis le 1er janvier dernier UberPop, son service de transport.
Depuis son arrivée en France, Uber se pose en effet en défenseur de l’innovation.